Forum yaoi, +18, thème fantasy anges, démons, déchus, primordiaux. Quatre races opposées dans l'idée de récupérer la meilleure part du gâteau pour eux.

Partagez | 
 

 Perdu, perdu et thé [Brimur]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Douce colère muette

Douce colère muette


Feuille de personnage
Age apparent : 28 ans
Pouvoirs: Ténèbres-Glace/ arme: lance
Situation:

MessageSujet: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Dim 1 Avr - 8:41


Perdu, perdu et thé

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Cela faisait deux jours que tu errais dans les enfers, par fierté mal placée à l’égard des démons, tu voulais retrouver ton chemin seul sans leur aide. Le sens de l’orientation n’avait jamais été ton fort en terrain inconnu, tu brillais bien plus par les arts guerriers et le maniement à la lance.

Tu déambulais sans savoir où aller, la température chute de quelques degrés autour de toi à la vue d’ailes piteuses des anges tirés par des chaînes, Collier au cou. Tu t’arrêtes regardant autour de toi cette partie de la Géhenne que tu ne connaissais pas, à quelques pas plus loin ton aura dissimulé au plus bas vibra légèrement d’effroi et tes plumes gonflent à la vue d’anges enchaîner ou en cage à moitié dévêtue et pour la plupart dans un état misérable.

Alors c’était là le marché aux esclaves.

Une main vient se poser sur ta bouche par dégoût devant un tel spectacle, les bordels et maintenant ça ! L’ancien du village t’avait expliqué comment les choses se passer ici, ça t’avait fait mal, très mal de découvrir tant de chose affreuse que subit les anges depuis la guerre, mais le voire était tout autre chose...bien plus violent.

Un tel châtiment pour les déchus ayant renié leur lumière, tu pouvais comprendre venant du seigneur malgré que tu sois contre une telle punition à causse de ta sensibilité, mais pour les malheureux n’ayant commis aucun péché ou crime ? À quoi pensé Père, les laissant ainsi ? Où était sa bienveillance à leur égard ? Pourquoi laisser une telle chose arrivée à ceux n’ayant commis aucun mal ? Et à ce né déchu ? Quel était leur crime, exactement, payaient-ils les crimes de leurs parents ?

Cela était absurde, ils n’ont pas à payer à leur place, chacun est responsable de ses actes !

Tu comprenais de moins en moins Père.
Pourtant, ta foi reste intacte
Acceptant cette facette de lui que tu ignorais.


Tout cela te chagrinait au plus haut point. Voire tes semblables ainsi exposé comme de vulgaires marchandises t’est douloureux.

Tu reprends ton chemin, la tête basse te mordant la lèvre jusqu’au sang le visage ravagé par le chagrin face à ton impuissance, ta main tenant ton coude signe m’entrant une position de faiblesse. Tes pas continus tandis qu’un souffle froid franchi tes lèvres, la température chute encore autour de toi.

La seule chose qui te permet de ne pas péter un plomb en enfer, ce sont bien tes semblables, ne rien faire qui pourrait porter préjudice aux accords qui apportent une protection aux déchus. L'être que tu aimes par-dessus tout t'a ôté ta lumière et a détourné les yeux de toi, tes frères et sœurs sont les seules choses qui te restent, prêt à les protéger à n’importe quel prix quitte à prendre sur toi à piétiner cette fierté déplacée.

Tu continues de marcher avec un goût amer, dévisageant tout démon se baladant avec un « esclave ». Des magasins de vêtements, de bijoux et autres qui permettent aux plus riches de parer leurs « esclaves » se font de plus en plus présentes.

-Bordel elle est ou cette putain de sortie.Lâches-tu avec agacement d’une voix froide.

Tu en avais assez vu, tu voulais quitter ces lieux avant de vraiment perdre ton calme.

❤️


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Uriel Hazel le Ven 25 Mai - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mère des Anges

Mère des Anges


MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Mar 3 Avr - 21:29

Brimur avait confié le Salon à Pipa, ce n’était pas la première fois et le démon lui faisait entièrement confiance pour gérer les arrivées, les sorties et les diablotins. Il avait du s’absenter pour faire quelques emplettes, rôle qu’il ne pouvait déléguer étant donné les faveurs qu’il accordait à certains de ses clients… Son accoutrement était à la hauteur de la sortie, sans être trop ostentatoire, ses épaules étaient donc recouvertes par un kimino de soie bleu nuit brodé de fil d’or pour tisser un ciel d’étoiles scintillantes. La ceinture était épaisse et rigide, de couleur sombre elle aussi, et ses cheveux avaient été relevés en un chignon complexe avec un bijou en forme de lune pour dégager sa nuque. Brimur aimait la douceur de son foyer alors il ne le quittait que rarement, d’où cette mise sophistiquée, pour l’occasion.

Le Démon passa commande à la pâtisserie pour remplir les stocks de douceurs, plus ou moins sucrées en fonction des clients auxquels il les destinait, sans oublier d’emporter quelques pièces pour sa propre consommation. Brimur acheta également quelques huiles corporelles qu’il souhaitait tester - généralement sur Pipa qui était son meilleur cobaye – ainsi qu’un nouveau sel de bain, puis termina son escapade par la boutique de bijou où il avait ses habitudes. Sa commande spéciale était prête, mais Brimur passa une heure en compagnie de l’Artisan pour le remercier comme il se doit.

Sur le chemin du retour, un grand Séraphin attira son regard, il avait l’air de se balader seul, sans collier inhibiteur et son attitude laissait à penser qu’il n’était pas à son aise. Brimur ne l’avait jamais vu dans les parages. Était-ce possible qu’un libre se soit aventuré dans cette ruelle d’esclave ? Tout en l’écoutant pester, le Démon se rapprocha. Il lui sembla apercevoir une marque, sur son poignet, entre les pans de ses manches.

-Toi, tu n’es pas du coin ! Dit-il au Déchu avec un sourire charmeur. Tu es libre, je présume ? C’est assez rare de vous voir flâner dans cette rue de notre Capitale. Tu recherches quelque chose pour ton esclave ? Plaisanta-t-il sans que ce soit du goût de son interlocuteur. Je suis le Seigneur Dothrak. Ajouta-t-il avant de proposer son aide. Qu’est-ce qui t’amènes par ici ?

Arrêtés au milieu de la rue, ils n'allaient pas tarder à gêner les passants et Brimur invita son vis-à-vis à s'écarter.

-Ne restons pas là, nous allons gêner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Douce colère muette

Douce colère muette


Feuille de personnage
Age apparent : 28 ans
Pouvoirs: Ténèbres-Glace/ arme: lance
Situation:

MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Ven 20 Avr - 15:07


Perdu, perdu et thé

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


-Toi, tu n’es pas du coin !

Une voix t’interpelle, tu t’apprêtes à te retourner jurant à toi-même que s’il s’agissait encore d’un démon, tu… Les traits de ton visage s’adoucissent retrouvant leur douceur naturelle croyant à faire face à un ange à causse du physique angélique. Tu t’es senti rassuré sur le moment un doux sourire avais fleuri sur tes lèvres avant de faner aussi tôt lorsque l’individu re-ouvre la bouche.

- Tu es libre, je présume ? C’est assez rare de vous voir flâner dans cette rue de notre Capitale. Tu recherches quelque chose pour ton esclave?

Ton regard se refroidit et la température chute encore de trois degrés autour de toi à causse des mots employés, ce genre de plaisanterie était loin, mais vraiment loin de te faire rire. Le dernier démon que tu avais rencontré avait lui aussi quelques traits angéliques, mais pas au point de le confondre avec l’un de tes semblables comme celui en face de toi.

Tu scrutes rapidement son aura. « Putain encore un autre ! » À croire que tu ne faisais que tomber sur des démons majeurs alors que les démons mineurs et diablotins couraient plus les rues que le reste.

-  Je suis le Seigneur Dothrak. Ajouta-t-il avant de proposer son aide. Qu’est-ce qui t’amènes par ici ?

Il se présenta, nom que tu retiens, mais que tu n’utiliseras pas, il était hors de question qu’un nom de démon franchise tes lèves, sauf pour profaner une menace plus que sérieuse.

Ta langue claque contre le palais d’agacement, en plus il se mêlait de tes affaires comme les deux précédents, tu voulais bien admettre que les démons sont devenus plus civilisé, mais rester toujours irritant.

-Ne restons pas là, nous allons gêner.

Au moins tu reconnaissais qu’il était poli pour se rendre compte que vous allaient gênait le passage pas comme « grande gueule » ce démon à la chevelure d’or.

Tu t’écartes du chemin avec le démon, vous mettant à l’écart du passage. Tu reposes ton attention sur le démon, gardant ta froideur ne pas ce montré grossier faire un effort pour être polie…. Un peu plus polie que les deux autres fois.

-Je pense que ceci répond à ta question.

Tu lèves la main gauche montrant la marque des accords sur le revers qui commençait à brûler le contour de la peau montrant indirectement sans le vouloir ton errance durant un moment en enfer, mais montrait surtout au démon que tu n’étais pas du coin et que tu étais libre. Tu la rabaisses avant de poursuivre de ta voix froide, mais calmes le ton plus méprisable :

- Non, je n'ai pas d’esclave.

Une légère expression de dégoût se dessine alors que tu donnes ton nom au démon par politesse.

-Je m’appelle Hazel.

Tu croises les bras avant de répondre à la dernière question. Tu avais envie de lui dire « pour tout le respect que je ne te dois pas, ma présence ne te regarde pas vermine » mais il fallait éviter les problèmes et ne pas faire… Comme la dernière fois.

-Je me promène et en quoi puis-je t’aider démon ?

Tu ne mentais pas, tu te promenais et tu t’es perdue.
Tu disais que la moitié de la vérité, ce n’est pas mentir.

❤️


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Uriel Hazel le Ven 25 Mai - 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mère des Anges

Mère des Anges


MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Sam 28 Avr - 16:34

Lorsque le Séraphin fit volte-face, Brimur ne manqua pas son regard décontenancé, probablement déboussolé par l’apparence du démon qui s’adressait à lui. Le Déchu peina à cacher les diverses émotions qui traversèrent ses traits, tantôt doux quand il pensa faire face à l’un des siens, puis subitement froid. Un froid qui s’étendit d’ailleurs à leur environnement proche sans que Brimur sache s’il s’agissait juste d’une impression ou si l’air était définitivement en train de se rafraîchir… La Mère des Anges frissonna et dans un geste gracile il réajusta le col de son kimono, quel dommage qu’il n’ai pas emporté une petite fourrure.

Dans un premier temps, le Séraphin resta de marbre, il se contentait de l’observer d’un œil méfiant et dur, alors que le Démon maintenait son sourire presque taquin. C’est étrange comme ce Déchu lui rappela La’aziel, ils ne dégageaient pourtant pas la même impression, c’était sans doute à cause de leur taille et de leur chevelure similaires.

Son silence se prolongea encore quelques minutes, sous le regard rond de Brimur qui se rapprocha d’un pas pour venir se placer à côté de lui, évitant un diablotin pressé et qui portait plusieurs boites sur le dos.
L’inconnu obtempéra tout de même lorsque l’Eunuque lui proposa de s’écarter du passage, sans un mot là aussi, et il se mit à le scruter davantage. Le jeune démon repoussa l’une de ses mèches pâles derrière son oreille avec un petit sourire charmeur, très intrigué d’être ainsi détaillé par le regard d’un Séraphin Déchu, presque analysé sous toutes les coutures.

-Ah, j’ai presque cru que tu étais muet… ou sourd. Dit-il étonné, un léger rire alors qu’il entendait la voix du Déchu pour la première fois.

Brimur se pencha sur sa main pour observer la marque de plus près, il constata que celle-ci commençait déjà à ronger la peau, preuve que le Déchu n’était pas retourné au poste frontière depuis un bout de temps. L’Eunuque fronça les sourcils et regarda la main se retirer avant de sourire à nouveau. Il ne fit pas d’autre commentaire sur les esclaves, les blagues n’étaient définitivement pas du goût de cet inconnu, et accueillit son nom avec enthousiasme.

-Hazel ? Enchanté ! Ah oui… tu te promènes ? Dans une ruelle d’esclaves alors que tu n’as pas d’esclave et que tu es libre ? Je dirais plutôt que tu as l’air perdu. Répondit-il avec un air taquin. Et à voir l’état de ta marque, tu dois te promener depuis un moment, je me trompe ? Je connais bien les environs, tu as de la chance, je peux peut-être t’aider à retrouver ton chemin ?

Avec son air ingénu et gracile, n’importe qui lui donnerait le bon Dieu sans confession, Brimur n’avait rien d’un démon bourru, bien au contraire, mais pas sûr que Hazel se laisse convaincre facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Douce colère muette

Douce colère muette


Feuille de personnage
Age apparent : 28 ans
Pouvoirs: Ténèbres-Glace/ arme: lance
Situation:

MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Sam 28 Avr - 22:45


Perdu, perdu et thé

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Si Dothrak. était enchanté de te connaître, ce n’était pas ton cas, une veine se fait visible sur ta tempe faciale, face à sa remarque lorsque tu pris la parole. Quelle insolence après en dit que c’est toi l’insolent de service, tu n’avais juste pas envie de gâcher ta salive avec un démon. Décidément tous irritants, jamais un pour rattraper l’autre. Oui fallait vraiment que tu arrêtes d’être polis avec les démons.

Le démon majeur fonça les sourcils regardant ta main se retirer, croyait-il vraiment que tu étais un esclave ? Que tu te baladerais sans la marque ? Dommage pour lui ce n’était pas le cas, son sourire revient vite à la charge et sa perspicacité concernant ton égarement en ce lieu te fit rougir en bougeant un peu des ailes tandis que ton regard brillait d’admiration et de surprise à croire que tu l’avais pris pour un con. Bon, ok tu l’avais juste pris pour un imbécile heureux.

-Et à voir l’état de ta marque, tu dois te promener depuis un moment, je me trompe ?

Les rougeurs s’estompent, les yeux sombres redeviennent froids et les ailes redeviennent immobiles. Non, c’était toi le con pour avoir montré ta marque. Tu tournes la tête en jurant incapable de le contre dire, car ça reviendrait à mentir est Dieu sait que tu en es incapable même déchus.
Quand tu essayais de mentir ça se lisait sur ton visage, les vieilles habitudes en la peau dure.

-Je connais bien les environs, tu as de la chance, je peux peut-être t’aider à retrouver ton chemin ?

Le premier démon t’avait aidé par devoir,
Le deuxième pour te faire chier
Et le troisième de bon cœur.
Mais les trois contre ton gré.


Il ne te voulait aucun mal, Dothrak semblait si sincère en te disant ça. Si sincère à te rendre plus méfiant.

- Je me passerais de ton aide démon. Lâche-t-il avec mépris avant de poursuivre froidement. Un démon qui propose son aide à un déchu de bon cœur sans rien gagner ou attendre en retour, c’est forcément louche alors ne me prend pas pour un con, vermine. Qu’attends-tu exactement ?

Tu ne lui accordes aucune chance, ta méfiance est bien plus coriace que ton sale caractère et ta fierté mal placée à leur égard est un chêne profondément ancré. Un démon altruiste n’existe pas comme un ange malveillant.

-Comme si tu allais me dire la vérité. Vous les démons vous n’êtes bon qu’à mentir, à vous battre et à vous culbuter les uns les autres.

Tu n’insultais pas les démons, tu les décrivais.

❤️


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Uriel Hazel le Ven 25 Mai - 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mère des Anges

Mère des Anges


MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Jeu 10 Mai - 10:13

Pas très loquace ce Séraphin, Brimur se contenta donc de ses réactions physiques entre bruissement de plumes et regard fuyant sans oublier les rougeurs qui vinrent colorer ses joues pâles. Le bougre semblait tiraillé entre ses instincts naturels de dégoût pour les créatures de son espèce et l’envie de se faire aider pour sortir de cette ruelle qu’il jugeait sordide et malsaine. Ses réactions tenaient plus du Chérubin que du vieux sage et un sourire glissa sur le minois du jeune Démon qui se pencha vers lui.

Une fois son combat intérieur repoussé, Hazel accepta de lui cracher quelques mots. Les sourcils de l’Eunuque se froncèrent à l’unisson devant tant de véhémence, son air doux se chargea d’un air sombre et il se redressa le menton relevé.

-Quel Déchu mal-léché… si j’attendais quelque chose en échange de mon aide, je ne me serais pas tourné vers un libre en guenilles de ton genre, j’aurais tendu la main à un esclave richement décoré par un maître fortuné. Il vaut mieux s’attirer les faveurs des puissants que l’amitié des plus faibles. Répondit-il sèchement et un brin vexé.

Ce n’était pas parce qu’il portait les Déchus dans son coeur que Brimur acceptait de se faire traiter comme un moins que rien par ces derniers. La Mère des Anges conservait sa fierté de Démon, hélas.

-Cela dit, je ne peux que féliciter ta méfiance, bien trop de Déchus se laissent amadouer par les nôtres, que tu sembles bien connaître, dis-moi. Soit, tu n’auras qu’à te débrouiller seul et si jamais tu changes d’avis, tu n’auras qu’à me retrouver au Café des Oiseaux. C’est le plus gros bâtiment de cette rue, tu ne devrais pas avoir de mal à le trouver. Dit-il en envoyant un clin d’oeil sournois à son interlocuteur renfrogné.

Brimur tourna les talons sans la moindre hésitation, il disparut de sa démarche féline à travers le reste de la foule jusqu’à rejoindre son Salon. Il n’en doutait pas : le Séraphin allait revenir.
Une fois rentré, l’Eunuque fut accueillit par son fidèle acolyte qui s’empressa de le décharger de ses paquets. Ils rangèrent les emplettes ensemble et se posèrent finalement autour d’une tasse de thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Douce colère muette

Douce colère muette


Feuille de personnage
Age apparent : 28 ans
Pouvoirs: Ténèbres-Glace/ arme: lance
Situation:

MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Jeu 17 Mai - 18:51


Perdu, perdu et thé

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


-Quel Déchu mal-léché… si j’attendais quelque chose en échange de mon aide, je ne me serais pas tourné vers un libre en guenilles de ton genre, j’aurais tendu la main à un esclave richement décoré par un maître fortuné. Il vaut mieux s’attirer les faveurs des puissants que l’amitié des plus faibles. Répondit-il sèchement et un brin vexé. Cela dit, je ne peux que féliciter ta méfiance, bien trop de Déchus se laissent amadouer par les nôtres, que tu sembles bien connaître, dis-moi. Soit, tu n’auras qu’à te débrouiller seul et si jamais tu changes d’avis, tu n’auras qu’à me retrouver au Café des Oiseaux. C’est le plus gros bâtiment de cette rue, tu ne devrais pas avoir de mal à le trouver. Dit-il en t’envoyant un clin d’œil sournois.

Justement, c’était ça qui cloche pourquoi venir te voir alors qu’il n’avait rien à gagner ? Pourtant, il te proposait encore son aide et te féliciter pour ta méfiance et le démon ne montrez aucune mauvaise foi avant de quitter les lieux.

Cela t’étonna malgré ton visage figé dans cette expression froide et renfrogné.

Pour le coup Dothrak, t’avait laissé sur le cul, aucun mot ne sort de ta gorge, trop étonner par ses paroles et gestes, le démon ne s’était pas énervé et emporté comme ses semblables, mais juste vexé. « Alors il n’attendrait vraiment rien de moi ? Non, ce n’est pas possible ! » Tu nageais en pleine confusion et d’incompréhension, Uriel. « Est-ce un piège pour que je le suive ? Il semble si naturel. »

Doucement, le tableau s’effrite.
Les couleurs se mélangent.
Les formes dansent.
L’image des démons se trouble.


Tu reprends ton chemin marchant fièrement maintenons l’expression de glace, tes pas sans but t’amène jusqu’à une petite voie déserte ou personne ne peut te voir, le costume familier de fierté tombe sans bruit, laissant le pur étonnement se lire sur ton visage fixant le sol tandis que ta main attrape ton coude.

Les démons en bien changé depuis ta dernière bataille au front remontant à 500 ans, tu ne pouvais nier un changement chez eux, t’accepte la réalité. Tu as conscience que les choses continuent de changer avec le temps, mais les démons, tu n’y pensais pas. Tu n’y avais jamais pensé… Tu refusais plutôt d’y penser. Tu avais toujours l’impression d’être coincé dans cette guerre malgré tes efforts pour t’extirper. Ton visage se tord dans une grimace de colère et dégoût. En colère d’incompréhension, détestant rester dans le flou, de dégoût par ton comportement et pour recevoir de l’aide d’un démon. Tu te sentais suffisamment minable, tu n’avais pas besoin qu’un démon rajoute une couche en te proposant de l’aide.

Pourtant, le démon semblait si sincère, il ne pas dégager d’animosité ou de mauvaise attention.

- Putain de chier de merde de connard d’enfoiré de ta race. Lâches-tu, frappant le mur de colère, à te blesser les phalanges. Tu mords ta lèvre avec peine serrant les poings avant de lâcher pour toi-même sévèrement. Je peux me débrouiller seul.

Tu reprends ta route le visage renfrogné serrant les dents douloureusement, pourtant, tu regrettes de ne pas l’avoir remercié ne serait-ce que d’un « merci » pour t’avoir proposé son aide, tu détestes être ingrat et maintenant tu payes pour cette fierté qui t’empêche d’allait t’excuser directement même agressivement.

-Foutue politesse, journée de merde !Grognes-tu.

Tu vagabondes encore une journée entière supportant le froid de la nuit dans les rues de la Géhenne, rabâchant de sombres pensées. Le jour se lève et les heures passent amenant la nuit avec une averse, d’un geste de la main tu matérialises un disque flottant au-dessus de ta tête pour te protéger de l’eau, tu reviens à ton point de départ, était-ce ton subconscient qui t'a guidé ou ta malchance ? Dans tous les cas, ce n’était certainement pas ton sens de l’orientation. Au loin, tu fixes la fameuse bâtisse éclairée de l’intérieur, tu t’approches doucement détaillant l’architecture.

-Je devrais peut-être profiter pour le remercier ? Mais s'il pensait, que je suis venue lui demander de l’aide ? Penses-tu a voix haute pour toi-même fixant le café.

Tu restes une bonne dizaine de minutes sans bouger indécis, valait-il la peine de t’excuser au prix de passer pour quelqu’un qui demande de l’aide un directement ? Plutôt crever que de demander de l’aide à un démon !

Ton ventre lâche un bruit monstrueux, ça faisait bientôt une putain de semaine, bordel.

❤️


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mère des Anges

Mère des Anges


MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Sam 26 Mai - 22:11

-Nous devrions aller le chercher, non ? Demanda Pipa avec un air de chien battu.

-Certainement pas ! Outre le fait qu’il m’ait traité comme un mal propre, il ne veut pas de mon aide. Répondit Brimur en réajustant son kimono.

Pipa avait toujours été plus sensible, même s’il s’était endurci avec les années, il tendait toujours la main à ceux qui en avait besoin. Malgré son amour pour les Déchus, le démon était plus raisonnable, il ne pouvait de toute manière pas forcer un Séraphin libre à faire quoi que ce soit. Pipa s’inquiéta de le voir déambuler seul dans les rues : « et s’il tombait sur ceci », « et si il lui arrivait cela ».

-Pipa, ce n’est pas un petit angelot, c’est un Séraphin ! Il s’en sortira très bien tout seul, au moins pour cette nuit, jusqu’à ce qu’il vienne chouiner devant notre porte. Et puis, il porte la marque, les démons n’oseront pas transgresser les règles de Satan.

Brimur débarrassa leur table pour clore la discussion, il devait donner la priorité à ses petits protégés et une montagne de travail l’attendait déjà.

-Allez, viens. Nous le reverrons, ne t’en fais pas. Le rassura-t-il en l’entraînant dans un couloir.

Le jeune Déchu le suivit sans rechigner, prenant la direction du patio pour proposer à quelques Anges qui s’étaient rassemblés de grignoter quelques douceurs. Le reste de l’après-midi se déroula calmement, sans voir apparaître la figure du Séraphin égaré, mais Brimur sentait qu’il pointerait le bout de son nez, à un moment ou à un autre. Ce ne fut pas le lendemain qui, là encore, se passa sans le moindre accrochage. Le Salon était paisible, il ne recevait ce jour-là que des pensionnaires habitués à l’endroit.

Le soir venu, la Mère des Anges se posa devant la fenêtre de son bureau, surplombant la ruelle qui passait juste devant l’entrée de son Café. Il s’autorisa quelques herbes légères pour se détendre un peu, qu’il brûla dans une longue pipe en ivoire. Son regard s’égarait dans la pénombre qui commençait à poindre et la pluie drue qui s’abattait sur la Géhenne. La mélodie de la pluie ruisselant sur les façades parvenait toujours à l’apaiser.

Soudain, l’approche d’une aura singulière attira son attention, lui tirant un sourire mutin. Épaisse comme celle d’un animal craintif et dangereux, cette aura de Séraphin se rapprochait de son commerce. Ça ne pouvait être que lui. Brimur jeta un regard par la fenêtre de son bureau, il tira sur la dernière bouffée d’herbes, il reconnut alors le visage de cette rencontre fortuite et sa chevelure sombre. Il se demanda s’il allait entrer de lui-même ou si sa fierté mal placée l’empêcherait de faire le premier pas. Après quelques minutes à l’observer, Brimur redescendit dans le hall. Pipa n’y était plus, il avait du rejoindre les bains ou les dortoirs pour s’occuper de leurs protégés. Le Démon caressa la tête de ses molosses lorsqu’il les dépassa, puis ouvrit la porte de l’entrée à ce cher Hazel.

-Tu n’entres pas ? C’est sec à l’intérieur. L’invita l’Eunuque d’un sourire timide.

Alors qu’il s’attendait à voir le Déchu trempé jusqu’aux os, Brimur s’étonna de voir que seul le bas ainsi que les bords de sa tunique étaient mouillés. Il semblait protéger sa tête grâce à ses ténèbres.

-Et nous avons de quoi te réchauffer. Ajouta-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Douce colère muette

Douce colère muette


Feuille de personnage
Age apparent : 28 ans
Pouvoirs: Ténèbres-Glace/ arme: lance
Situation:

MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Mer 30 Mai - 15:45


Perdu, perdu et thé

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La porte s’ouvre laissant, place à Dothrak t’invitant à rentrer, tes joues s’empourprent de gêne, c’était de la triche même pas un regard méprisant, pas de sourire moqueur où « je te l’avais dit » rien d’enfonçant ou d’irritant comment pouvais-tu garder un visage désagréable à part de surprise, tu croises les bras tournant la tête renfrogner, t’en voulant de ton comportement.

Étant un mage de glace, le froid ne te causait pas vraiment de problème, mais son intention te toucher, c’était surtout le fait de ne pas t’être changé et lavé depuis bientôt une semaine qui te gênait, tu détestais ne pas être propre.

« Le remerciait d’abord, ou lui présenter des excuses en premier lieu ? » Tu n’as pas le temps de trop réfléchir, tu lui refais face te voulant indifférant trahi par tes rougeurs.

-Je…Merc… Par… Tu te racles la gorge pour reprendre contenance, ne pas laisser les émotions prendre le dessus, toujours paraître ferme devant les démons. Je te merci pour ton hospitalité démon, mais je suis venue présenter des excuses pour mon comportement d'il y a quelque jour alors que tu voulais simplement m’aider sans arrière pensé. Des mots sans arrogances où dit à contre cœur juste des paroles sincère avec une voix naturelle cherchant à être le moins désagréable possible malgré le visage entre fierté et regret. Donc pardon pour mon comportement, j’ai été grossier avec toi.

Ton esprit était plus léger à présent, Dothrak avait beau être un démon, tu n’es pas le genre à ne pas avouer tes torts quand tu en avais conscient.

-Sur ce, si tu permets, je vais me retirer. Dis-tu pivotant légèrement pour quitter le lieu, ton ventre lâche un nouveau gargouillement plus vorace, à te faire rougir jusqu’à la pointe des cheveux malgré ton visage impassible.

Bravo, la honte ! Tu te dis que rien de pire ne peut arriver après ça. La pluie s’intensifia avec des rafales violentes t’arrosant au premier pas contre une flaque d’eau, ça ne servait à rien de se protéger la tête quand les bourrasques soufflées sur les côtés. Trempé de la tête aux pieds, tu regardes le démon par-dessus ton épaule avant de regarder une dernière fois la tempête face à toi et le niveau de l’eau qui augmentait à vue d’œil. l’hiver en enfer ça ne rigolait pas et tu n'étais pas suicidaire... Pas totalement du moins.

D’un geste de la main, tu annules la protection contre la pluie qui ne servait strictement à rien t’avançant vers l’entrée fièrement nullement humilier par le temps. Une fois à l’intérieur passant les deux molosses, tes ailes se sèchent dans un bruissement de plume avant de tourner la tête dans la direction de Dothrak, fonçant légèrement les sourcils pour lâcher d’une voix légèrement boudeuse.

-Pour qu’en soit d’accord, si je suis rentré, c’est juste parce que tu m’as invité et non pour demander de l’aide. Humph. Fini-tu en tournant la tête voulant te montrer fier, au fond tu étais reconnaissant à Dothrak pour son hospitalité même si tu ne le dis pas de vive voix.

Ta tête reste haute malgré le poids de ta fierté pesant lourd par moments si le démon pouvait voir ton expression d’une quelconque façon, il pourrait y lire un sentiment de gêne, maladresse et de gratitude. Tu ne savais pas t’y prendre avec les démons autrement que par les prises de bec et arrogance. Tu es un ange rempli de faiblesses, mais à l’apparence forte.

Pour te consoler, tu te dis que tu devrais t’y habituer, quand les guerres commenceront, tu n’auras pas le choix que d’accepter l'aide des démons et eux la tiennes, pas question de laisser cette fierté mettre en danger qui que ce soit démon comme déchu, ils combattront côte à côte autant si habituer des maintenant. Les mauvaise habitudes en la peau dure, t’ouvrir ne sera pas aisé et agir naturellement sans méfiance sera impossible.

Tu regardes le lieu tournant la tête un peu partout bougeant légèrement les ailes avec curiosité.

❤️


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Uriel Hazel le Jeu 30 Aoû - 7:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mère des Anges

Mère des Anges


MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Sam 16 Juin - 11:12

Brimur cligna des paupières, surpris de recevoir des excuses aussi rapidement. Si on lui avait dit que ce Séraphin revêche reviendrait la queue entre les jambes pour s’excuser de manière aussi penaude, il ne l’aurait jamais cru. Mais le Déchu se voilait la face sur un point, l’Eunuque ne lui avait pas proposé son aide sans arrière pensée, car un démon ne proposait jamais son aide sans en tirer un quelconque avantage. Disons que Brimur profiterait de ce service dû de manière bien plus subtile que la plupart de ses confrères. Chacun de ses mots était un effort incommensurable pour le Séraphin qui se retenait de grimacer.

-J’accepte des excuses, dit-il avec un sourire charmeur, disons qu’il y a des circonstances atténuantes, les miens n’ont pas toujours, pour ne pas dire jamais, était respectueux des tiens.

Hazel semblait avoir « réglé ses dettes », il fit volte-face sans tarder et congédia son interlocuteur. La Mère des Anges ouvrit presque entièrement la porte qui déversa sa lumière chaleureuse sur le devant de la ruelle, comme un phare dans la nuit l’établissement brillait et attirait sur son seuil les âmes égarées. D’ailleurs, il n’y avait plus personne dans l’impasse aux esclaves, tous les Anges avaient trouvé refuge dans la maison de garde ou les boutiques environnantes, dispersés comme une nuée de moineaux aux premières gouttes de pluie.

-Attends, tu es sûr de ne pas vouloir rester un peu ? Lança le Démon à l’attention du Séraphin qui lui tournait le dos.

Le bougre ne parvenait pas à trouver son chemin de jour, alors de nuit sous une pluie battante… Brimur ne lui donnait aucune chance. Soudain, un grognement affreux déchira la mélodie de la pluie, il semblait provenir du ventre du Déchu et se répéta plusieurs fois. L’Eunuque sourit tendrement face à l’affamé qui finit par capituler et entrer dans sa demeure. Le Séraphin n’avait plus une plume de sèche, le Démon ferma la porte derrière eux pour empêcher le froid et la pluie de se faufiler à l’intérieur puis lui indiqua ses appartements.

-Bien sûr, tu es mon invité ce soir. Le seul d’ailleurs, tous les autres sont mes clients. Suis-moi, je te prie. Dit-il en lui indiquant un escalier en colimaçon qui les mèneraient au-dessus du hall.

Le Séraphin n’avait sans doute jamais mis les pieds dans un endroit aussi richement décoré et entretenu, Brimur avait du mal à croire qu’il ait pu être esclave par le passé, Hazel devait être un enfant de Vanaheim ou bien y avoir vécu depuis toujours.
Lorsqu’ils arrivèrent devant la porte de ses appartements, le Démon déverrouilla celle-ci d’un geste du poignet – une protection de ténèbres valait bien mieux qu’une simple clé – et il invita le Déchu à l’intérieur. Le petit salon bénéficiait d’une vue sur le patio intérieur grâce à une grande baie vitrée, on y trouvait un canapé somptueux et deux fauteuils devant lesquels se trouvait une table basse en verre et un chandelier éclairait la pièce de sa lumière orangée.

-Attends-moi là, je vais te chercher de quoi sécher tes cheveux. Un brin autoritaire mais pas moins doux, Brimur laissa le Séraphin seul dans la pièce avant de revenir quelques secondes plus tard avec une serviette moelleuse qui dégageait une douce odeur de lavande.

L’Eunuque la lui tendit puis se dirigea vers un petit placard pour en sortir quelques biscuits secs ainsi qu’une théière qu’il plaça au-dessus du feu de la cheminée. Le Démon déposa les biscuits sur la table basse puis s’assit souplement sur l’un des fauteuils. Le Séraphin semblait avoir plus de mal à se poser, il était sans doute nerveux à l’idée de se trouver chez un démon et peut-être sentait-il les auras des Anges purs et déchus qui se promenaient dans les couloirs. A cette heure-ci, ses petits protégés se réunissaient dans la salle à manger sous l’œil attentif de Pipa.

-Tu devrais t’asseoir un instant, sers-toi quelques gâteaux, je t’en prie. Le thé sera bientôt prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Douce colère muette

Douce colère muette


Feuille de personnage
Age apparent : 28 ans
Pouvoirs: Ténèbres-Glace/ arme: lance
Situation:

MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Lun 10 Sep - 20:53


Perdu, perdu et thé

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dothrak était vraiment un démon étrange loin d’être désagréable contrairement à ses semblables et qui pique de plus en plus ta curiosité dans le bon sens, mais cela ne faisait pas disparaître ta méfiance à son égard un démon reste un démon. Tu regrettais de plus en plus ton comportement à son égard.

Tu le suivais sans dire mot à travers les escaliers en colimaçon tandis que plusieurs questions honte ton esprit ainsi les anges et déchus présents était des clients cela expliquerait leur aura calme dépourvue de peur ou d’inquiétude, mais où se trouvaient-ils ? Pourquoi sont-ils si détendus et calme sous le même toit qu’un démon ? Quel est exactement ce lieu ? Plusieurs interrogations qui te brûler les lèvres, mais tu n’en pose aucune… Pour le moment. Tu préfères poser des questions intelligentes et précises que des milliards de questions inutiles et stupides. La présence des molosses était probablement liée a l’attaque des primordiaux, enfin rester à vérifier. Une chose était sûre, ce lieu n’était pas un bordel.

Lorsque le démon déverrouilla la protection de ténèbres d’un geste du poignet, ta méfiance doubla pourtant tu entres dans la pièce. Le petit salon avait un côté rassurant et la chaleur émanant de la cheminée était apaisante, réconfortante, et surtout berçante, mais tu ne baissais pas ta garde pour autant restant à l’afflux du moindre danger ou ce qui pourrait si rapprocher.

Les sourcils se froncent durant une fraction de seconde comme ceux d’un sale gosse sur le ton autoritaire mais doux du démon et tu t'abstiens de faire la moindre remarque ça serait faire preuve d’irrespect au maître des lieux. Il te laissa seul dans la pièce que tu détaillais sans t’asseoir avant qu’il ne revienne avec une serviette qu’il te tendit, tu acceptes poliment en le remerciant les joues roses.

-Je te remercie.

Tu rassembles délicatement tes cheveux sombres en paquets sur l’épaule que tu presses délicatement dans la serviette à l’odeur de lavande pour les sécher. Autant, tu apprécies sa douce odeur autant elle ravivait de vieux souvenir de guerre, autrefois, tu utilisais ta lumière pour soigner, mais également les plantes pour des remèdes et la lavande en faisait partie. La plante était utilisée pour nettoyer les blessures, brûlures et traiter les affections cutanées, sous forme de tisane, elle aidée contre l’anxiété et la nervosité. Dans le langage des fleurs, la lavande est associée à la tendresse avec une approche basée sur la tendresse et l’humilité. Tu te demandais si Dothrak connaissait le langage des fleurs ou l’avait juste choisie par hasard. Au moins il te donna une idée pour le remercier tout en gardant ta fierté… Resté juste à trouver le bon moment.

Continuant à les sécher, tu le regardes se dirigeait vers un petit placard pour en sortir quelques biscuits secs ainsi qu’une théière qu’il plaça au-dessus du feu de la cheminée. Le Démon déposa les biscuits sur la table basse puis s’assit souplement sur l’un des fauteuils. Tu le trouvais beaucoup trop prévenant pour un démon à croire qu’il n’en était pas un, à la fois, c’était bien la première fois que tu prenais le temps de vraiment parler à un démon.

-Je te remercie encore une fois pour ton hospitalité.

Tu prends place face à lui serviette sur les épaules, ne te rendant pas compte que tu venais « enfin » de le remercier correctement de vive voix pour son hospitalité et pas intérieurement. Tu ne touches à rien par méfiance malgré la faim, il aurait pu mettre quelque chose dedans alors tu attends qu’il se serve le premier.

-Je m’excuse d’avance pour ma curiosité.Commences-tu d’une voix calme et prévenante sans chercher à l’endurcir. Quel est exactement cet établissement ? Les molosses qui gardent l’entrée sont-ils présent à causse de l’attaque des primordiaux ? Et qui es-tu exactement ?

❤️


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mère des Anges

Mère des Anges


MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   Lun 8 Oct - 20:29

En lui donnant la serviette, Brimur eut droit à d’autres remerciements. Ce Séraphin n’était pas si difficile à apprivoiser finalement. L’Eunuque l’observa rassembler sa chevelure sombre et la presser contre le tissu. Hazel sembla soudainement pris dans ses pensées. Et puis encore, des remerciements. Brimur se sentirait presque coupable de voir dans son approche hospitalière un intérêt caché.

-Cesse de me remercier, tu vas finir par me faire rougir aussi. Plaisanta-t-il.

Le Démon releva sa manche et d’un geste de la main, ses ténèbres leur apportèrent deux tasses finement ouvragées, 3 cuillères en argent et tout ce dont ils avaient besoin pour le thé. Brimur se leva de son fauteuil, s’approcha de la théière brûlante et y jeta quelques feuilles déshydratées. Il laissa infuser quelques secondes avant de verser le breuvage dans les tasses et de tendre l’une d’elles à son invité.

Lorsqu’il se rassit, Brimur constata que le Séraphin n’osait toucher à rien, sûrement par crainte que la nourriture soit empoisonnée ou pire… Alors il se servit nonchalamment, croquant dans un gâteau au sirop de fleurs de sureau avec la même grâce qu’une courtisane, puis trempa ses lèvres dans l’infusion encore brûlante. Le Démon releva son regard mutin vers le Séraphin lorsque celui-ci demande où il se trouve. Il s’attendait sûrement à mettre les pieds dans un endroit louche, à en juger par l’expérience qu’il avait de ses congénères.

-Ta curiosité est justifiée, on ne croise pas un lieu comme celui-ci à tous les coins de rues de la Géhenne. Répondit-il en déposant sa tasse dans sa sous-coupe. Tu te trouves dans le Café des Oiseaux, et tu es d’ailleurs l’un des rares libres à y avoir mis les pieds. C’est un Salon pour les esclaves. Expliqua-t-il en retenant un rire léger, amusé par la situation. Je prends soin d’eux, je panse leurs plaies, autant physiques que mentales. Et mes molosses sont là pour leur sécurité, ils empêchent quiconque d’entrer ou de sortir sans ma permission.

Brimur laissa le temps au Séraphin de digérer ces informations, tout en cherchant dans une nouvelle gorgée de thé ce qu’il pourrait lui dire pour se décrire. Il fit finalement le choix d’éluder la question par une autre.

-J’ai moi aussi quelques questions à te poser. Qu’es-tu venu faire par ici ? Les Déchus de Vanaheim ne viennent jamais à la Géhenne par pur plaisir… Et je n’en ai jamais vus d’aussi peu préparés que toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Perdu, perdu et thé [Brimur]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Perdu, perdu et thé [Brimur]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chaton Perdu ? [ PV : Petit Hérisson ]
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» PERDU DOSTY CANICHE ABRICOT 1 AN (33)
» Seul et perdu...
» Rêve perdu cherche rêveurs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Per Aspera ad Inferi :: La Géhenne :: Impasse aux esclaves-
Sauter vers: