Forum yaoi, +18, thème fantasy anges, démons, déchus, primordiaux. Quatre races opposées dans l'idée de récupérer la meilleure part du gâteau pour eux.

Partagez | 
 

 Contexte

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Premier Etre Céleste

Premier Etre Céleste


MessageSujet: Contexte   Mar 20 Mar - 0:22

Chapitre premier




La création


A l’origine, le monde tel que connu par les anges et démons n’était qu’un disque au dessus duquel, loin par delà les nuages, gravitaient quatres îles. La végétation et les animaux divers croissaient et périssaient dans un cycle régulier, les uns se gavant du soleil plus direct qui les nourrissait, les autres se gorgeant d’ombres et de ténèbres. 
An 0
La lumière emmagasinée dans les quatres îles, en même temps que les ténèbres qui grouillaient en bas, créèrent en même temps deux émanations intelligentes, gorgées de magie et de pouvoirs. Leur puissance semblait sans limite. 
Ainsi, sur les îles célestes, l’arbre géant de l’île centrale concentra puis relâcha les essences divines emmagasinées au fil du temps. Dieu, un être complet aux pouvoirs incommensurables, vit ainsi le jour. 
Plus bas au même instant Nymrasak, concentré de ténèbres et grand Ancien Primordial, foulait pour la première fois le monde d’en bas.
Mus par la même idée que l’autre serait, un jour ou l’autre, un danger, les deux Puissances lancèrent au même instant leurs pouvoirs l’un contre l’autre, dans un geste instinctif presqu’animal. Le choc entre ces deux énergies colossales ébranla le monde entier. Il assécha toute vie d’une partie du monde d’en bas, qui devint le Ginnungagap, et entre l’Enfer et le Paradis se forma une barrière épaisse. Chacun fut persuadé ou presque d’avoir éliminé l’autre, et la barrière les empêchait de se contempler l’un l’autre.
Dieu détourna son regard du monde d’en bas pour se focaliser sur le Paradis. Il appela l’ensemble d’îles Paradis, et les îles en fonction de ce qu’il prévoyait pour elles. Atziluth serait pour toujours symbole de lumière et de genèse, Beryah verrait ses Enfants grandir, Yetzirah les formerait et, enfin, Asiah leur servirait de terrain d’entraînement, au cas où un autre danger naîtrait des ténèbres. La barrière cependant, était impénétrable, par la vue comme physiquement.
An 100
Voyant la vie prospérer autour de lui mais aucun être d’intelligence avec qui il puisse converser, Dieu se tourna vers l’arbre séphirotique. Celui-ci contenait encore assez d’essence divine pour donner la vie. Il sélectionna la branche la plus solide et grâce à son sang et au bout d’un mois de travail, la transforma en être ailé. Celui-ci rayonnait de huit ailes de lumière et, en cela, il fut appelé Lucifer. 
Puis vinrent les Trônes, au nombre de trois, Zaphkiel, Caliel et Pahaliah enfin les Dominations, au nombre de 7 : Zadkhiel, Nith Haiah, Yeratel, Reyiel, Omael, Seheiah et Vasariah. Il ne restait plus que deux branches suffisantes pour créer la vie. De l’avant-dernière naquit la Vérité, Mébahel. Leur puissance était représentée par six ailes immaculées, et ils furent nommés Séraphins de la création, et l’année fut découpée en leur honneur, portant pour chacun leur vertu. Il ne restait qu’une branche chargée de magie, et Dieu décida d’attendre pour créer plus d'anges, que l'arbre soit à nouveau plein d'énergie.
An 2090
L’arbre séphirotique, malgré l’énergie apportée par le soleil, ne retrouva pas ses propriétés créatrices. Il ne restait qu’une branche porteuse de vie. Alors Dieu, grâce à chaque feuille de la branche et d’une goutte de son sang, créa un chérubin. Enfants à deux ailes, ils furent élevés par Dieu et les Séraphins de la création, jusqu’à devenir adultes, de corps comme d’esprit et de magie. Alors ils devinrent Anges, parfois Archanges ou Séraphins si leur dévotion et leur maîtrises des pouvoirs étaient suffisantes, et enfantèrent à leur tour. Le Paradis, en deux millénaires, fut si peuplé et joyeux que Dieu se retira dans ses appartements, profitant simplement du bonheur de la vie qui grouillait grâce à lui.




Dernière édition par Dieu le Jeu 22 Mar - 9:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Premier Etre Céleste

Premier Etre Céleste


MessageSujet: Re: Contexte   Mar 20 Mar - 1:37

Chapitre second




La chute



An 9900


Les siècles passèrent, les anges jouissant de la vie calme et paisible. Et pourtant, Lucifer se questionnait. Il ne trouvait pas les réponses à ses questions, ni parmi ses frères Séraphins de la Création, ni lorsqu’il interrogeait Dieu. Les livres de de la Bibliothèque ne contenaient aucune réponse à tout cela. Le questionnement devint frustration. La frustration, doute. Un voile sur la lumière parfaite et aveuglante de Dieu, projetant une ombre qui jusque là n’existait pas. Ses frères tentèrent à de multiples reprises de détourner Lucifer de son obsession, d’apaiser son esprit, de le ramener sur la voie de la pleine acceptation, de la confiance absolue.


Mais la sérénité avait déserté le coeur du Porteur de lumière, et lorsqu’il réalisa son individualité, l’incompréhension de ses pairs à son égard, il était trop tard. Le doute devint reproche. Pourquoi Dieu leur refusait-il des réponses qu’il devait posséder ? Pourquoi gardait-il ses enfants dans l’ignorance ? Pourquoi les entraîner à combattre quand il n’existait pas de danger au Paradis ? N’était-ce pas un plus grand péril de leur cacher la vérité ? Inexorablement, Lucifer se dépouillait de la perfection de son amour et s’éloignait des siens, s’ostracisant dans sa confusion, rongé par l’impossibilité de renoncer à ses interrogations malgré les injonctions bienveillantes de ses compagnons. Lui qui n’avait vécu que dans la vérité appréhendait maintenant les bases d’un concept étranger : la dissimulation.


Ses paroles ne laissèrent pas insensibles d’autres anges, et le reproche devint dissidence. Lorsqu’il dût assumer ses positions devant ses pairs et Dieu, il ne trouva pas de regret ou de remords en son coeur. Seulement la colère. Colère devant ce père qui n’entendait pas ses demandes. Colère devant la compassion et la pitié de ses frères qui ne comprenaient pas qu’il s’entêtait pour eux, pour les prémunir de leur propre ignorance. Et lorsqu’il confronta Dieu, défendant le libre-arbitre et la vérité, il condamna avec lui tous ceux qui l’avaient soutenu, ayant semé en eux la graine de révolte qui avait lentement dévoré sa soumission. Certains tentèrent d’intercéder en sa faveur, mais même les larmes des premiers anges ne purent le préserver du jugement divin, et de ses propres convictions. Leurs visages lumineux, confus, attristés, furent sa dernière vision du Paradis avant que le ciel ne se dérobe sous ses pieds, et qu’il chute loin de la lumière.


Vers les ombres brûlantes qui l’avalèrent, lui arrachèrent sa grâce dans un tourbillon de souffrance excruciante, autant physique que morale, son corps et son âme dépouillés de la chaleur lénifiante de l’arbre de vie, sa peau abrasée par les vents cruels des enfers avant même qu’il ne touche le sol, son esprit scindé par l’abandon et la trahison. Les ténèbres teintèrent ses ailes d’encre, et le choc avec le sol rocailleux lui vola son souffle et sa conscience. Il n’était pas seul, quand il rouvrit les yeux, et ses frères déchus lui renvoyèrent l’image de son propre désespoir. Ils n’étaient qu’une poignée. D’autres suivraient, dans les jours, les mois, les années à venir. Brûlés par l’ardeur du soleil le jour, glacés par les vents mordants la nuit, quand les orages ne les terrorisaient pas, ils découvrirent la faune mortelle des enfers à travers des attaques qui leur arrachèrent plusieurs des leurs. Privés de leur pouvoir de lumière, ils durent réapprendre à se défendre, se servant autant de leur pouvoir élémentaire que des armes improvisées avec le bois et les pierres qu’ils trouvaient.


A mesure des déchéances, leurs rangs grossirent, et de proies, ils devinrent prédateurs. Dans le désert dénué de la végétation luxuriante du Paradis, ils furent contraints de consommer de la viande pour survivre, avancer, trouver une terre plus clémente. Et pour se mesurer à la férocité des Enfers, les déchus évoluèrent. Lucifer montra le chemin, infusant sa puissance des ténèbres qui irradiaient de ce nouveau monde, les assimilant jusqu’à ce que toute trace de lumière ait disparu en lui, chassée par l’énergie adverse. Sa nature même en fut changée, ses ailes dépouillées de leurs plumes noires pour se parer de cuir, son front s’ornant de cornes majestueuses. Il guida ses frères déchus dans leur transformation. Ils n’étaient plus un groupe dépenaillé d’exilés. Ils étaient devenus une armée conquérant un territoire.


Hormis les monstres peuplant les enfers, ils durent affronter le peuple y résidant depuis toujours : les Primordiaux. Créatures bestiales, autant humanoïde qu’animale, aux multiples formes, ce n’est qu’au terme de batailles sanglantes que les déchus devenus démons leur arrachèrent une portion de la terre des enfers, les repoussant au-delà d’une forêt hostile bordant le coeur du royaume Primordial.



An 10 000 - An 0 du calendrier démoniaque


Enfin, il fut temps de bâtir des abris. Des remparts contre tous les dangers les encerclant. Une cité, bientôt. La Géhenne. Dix mille ans après la création des anges naissaient les bases de la société démoniaque, marquant l’an zéro de son ère. Quelques années plus tard naquirent Sodome et Gomorrhe, villes annexes permettant de mieux répartir la future population démoniaque.


Lucifer et ses compagnons ne furent pas les seuls à connaître la déchéance. La’aziel fut exilé en même temps que les premiers déchus, mais sa chute le conduisit de l’autre côté du Styx, au Ginnungagap. Perdu, isolé dans la forêt cristallisée pendant plus de trois siècles avant que d’autres déchus ne le rejoignent, il erra seul sur les terres brumeuses et mortelles jusqu’à ce que son esprit soit au bord de la fracture, luttant autant pour sa survie que contre la démence.



An 10 365 - An 365 du calendrier démoniaque


La présence de compagnons lui donna un but salvateur, et ils établirent ensemble le Vanaheim, village refuge des déchus du Ginnungagap en l’an 10365. Loin des valeurs de conquête de Lucifer, les déchus s’évertuèrent à construire un havre de paix, conservant certaines des habitudes du paradis, privilégiant les cultures agricoles, respectant leur cadre de vie au lieu de le soumettre. Certains n’avaient pas perdu espoir de pouvoir réintégrer un jour le paradis et de retrouver la clémence divine.


Les différences fondamentales entre les deux peuples autrefois frères se creusèrent avec les années. Le jugement de Dieu menait les nouveaux déchus au Ginnungagap, par refus de grossir encore les rangs des démons. Les uns prônaient la compréhension de l’autre, le respect du choix de chacun, l’égalité entre tous, là où la société démoniaque s’était organisée en castes, chacun rêvant d’un plus grand pouvoir. Les démons en vinrent à ne plus reconnaître les déchus comme étant des leurs, et réduisirent en esclavage ceux qu’ils capturaient. Vanaheim ne représentait pas un danger qu’ils jugeaient nécessaire d’éradiquer, et que les déchus fraîchement arrivés aient un havre pour survivre servait leurs intérêts. Ils savaient où se rendre pour ramasser des esclaves en bonne condition.




An 720 du Calendrier démoniaque.


Leurs appétits vindicatifs étaient plutôt tournés vers le ciel. La haine de Lucifer, devenu Satan, souverain des enfers, pour le Dieu qui l’avait renié et condamné, ne s’était jamais affaiblie. Bien qu’âgée de moins de 800 ans, la nation démoniaque était maintenant puissante. Suffisamment pour envisager une attaque magique contre le Paradis. S’ils ne pouvaient pas physiquement s’y rendre, les pouvoirs conjugués de leurs plus grands mages parviendraient certainement à ébranler les cieux. Ils se réunirent au Ginnungagap, dans les grandes plaines mornes de Muspellheim, et leurs premières salves furent rapidement contrées par les légions angéliques venant à leur rencontre pour l’affrontement.



An 900 du Calendrier démoniaque.


La ville de Sodome fut rasée par la colère divine sans que la manifestation de cette force incommensurable capable d’anéantir une cité en quelques frappes ne parvienne à enrayer l’appétit de vengeance des démons. Les âmes des milliers de victimes de cette apocalypse fulgurante hantent encore les marais où se dressent les ruines de la grande cité foudroyée.



An 1020 du Calendrier démoniaque.


Durant des années. Des décennies. trois siècles, les deux armées s’entretuèrent et la terre se gorgea de leur sang. Le paysage en fut profondément transformé, ravagé par les attaques magiques, le sol hérissé d’armes et de corps brisés. Le combat aurait pu durer des éons, jusqu’à l’annihilation ou la victoire, si Zaphkiel, à la tête de l’armée angélique, n’avait pas tenté d’admonester Satan à cesser le combat et réaliser sa folie. Satan répondit à son injonction par de nouvelles attaques, et tous deux s’affrontèrent avec toute l’énergie de deux êtres extraordinaires sous le regard des deux armées figées par la puissance inouïe qu’ils dégageaient. Zaphkiel usa de ses dernières forces pour blesser Satan de sa lance chargée d’une invocation destructrice, et le bouclier de ténèbres du Souverain se brisa sous l’afflux de lumière, dont une partie parvint à lui traverser le torse, y gravant une rune expiatrice qui le condamna à ne jamais pouvoir franchir de nouveau le Styx. Quand les deux formidables guerriers s’effondrèrent, chaque armée se retira, emportant ses blessés.


Mais les batailles ne tardèrent pas à reprendre. Privés de Satan et de Zaphkiel, anges et démons continuèrent à rougir épisodiquement la terre du Ginnungagap durant plus de vingt-trois millénaires.


Un nouveau répit s’est instauré depuis l’an 24896, menant à un siècle de paix précaire entre ciel et enfer.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Premier Etre Céleste

Premier Etre Céleste


MessageSujet: Re: Contexte   Mar 20 Mar - 1:39

Chapitre troisième




Le retour des Primordiaux


Le retour des primordiaux se fit en deux temps. Encore faibles de leur défaite contre Satan, ils avaient su se faire oublier pendant des millénaires. Les démons avaient oublié jusqu’à leur existence, exception faite de Satan et Feydr’otä Xvellean, qui gardaient soigneusement le secret.

An 24994 du calendrier démoniaque

Pour faire naître la peur dans le coeur des démons, en leur faisant se sentir impuissants, ils attaquèrent une première fois durant une réception grandiose au Palais. Dissimulés dans les ténèbres, ils ne furent détectés que lorsqu’ils se matérialisèrent pour assassiner et blesser le plus de démons possibles, du moins en apparence. Personne ne sut qui était cette menace, et les démons furent laissés dans l’ignorance la plus totale par Satan, qui lui avait reconnu ses ennemis millénaires.

Cependant, les ombres tueuses n’apparurent plus pendant quelques temps, et si la Cérémonie resta gravée dans les mémoires, ce fut surtout pour le jeu politique qui s’en suivit, chacun cherchant à récupérer les places laissées vacantes par les décédés.

An 24996 du calendrier démoniaque

Ce fut plus d’un an et demi après que les primordiaux frappèrent à nouveaux. Ils enlevèrent démons et anges de la Géhenne, sur une période d’un peu plus d’un mois, pour séquestrer le plus de prisonniers possibles dans des grottes près des champs de bataille. Terrorisés par cette espèce à moitié animale qu’ils ne connaissaient pas et limités par des artefacts inhibiteurs qui les empêchaient d’utiliser leurs pouvoirs, les démons ne purent qu’attendre, alors qu’à la Géhenne de nombreux démons et anges cherchaient les absents.

Tous finirent par converger vers les rives du Styx : les primordiaux avec leurs prisonniers et les démons, accompagnés de Satan sur sa monture Irdenontryx. Les primordiaux avaient commencé un rituel, à éliminer les démons prisonniers pour nourrir le Styx et éliminer les démons partageant le sang des sacrifiés.

Ce fut l’arrivée de Satan et Irdenontryx qui fit cesser les sacrifices. Même sous sa forme draconique, les primordiaux reconnurent leur roi légitime. Libérant Irdenontrix de l’obligation de garder sa forme animale, montrant ainsi à tous les démons que ce n’était pas un simple dragon mais bien un primordial. Satan lança un défi à celui-ci. Qu’ils se battent en duel, et le vainqueur disposerait de l’autre comme bon lui semblerait.

Satan vainquit encore une fois. Irdenontryx reconnut sa victoire pour l’instant et demanda aux siens de libérer les prisonniers et de repartir. Les prisonniers furent ramenés à la Géhenne, et la présence des primordiaux fut dévoilée. Cependant, prenant exemple sur son Père, Satan se garda bien de tout dévoiler aux démons…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Premier Etre Céleste

Premier Etre Céleste


MessageSujet: Re: Contexte   Mar 20 Mar - 1:40

Chapitre quatrième




Les Accords


Les accords entre démons et déchus furent principalement le fait de La’aziel qui, en qualité d’Ancien de Vanaheim, alla trouver Satan pour chercher à négocier la tranquillité des siens et faire cesser les rapts des démons aux alentours du village. A terme, il espère que plus aucun déchu ne soit esclave.

Les accords furent effectués en deux parties, lors de sa première visite et après la découverte des Primordiaux.

An 24994 du calendrier démoniaque

Alors qu’aucun des deux n’avait cherché à voir l’autre, même lorsque Satan pouvait traverser le Styx, La’aziel épuisé par l’enlèvement des siens a osé aller parler à son ancien ami pour essayer de trouver un terrain d’entente.

Après une discussion plutôt calme, les deux anciens compagnons trouvèrent un terrain d’entente : Les déchus livraient les anges purs qui tombaient entre leurs mains dans le Ginnungagap ou la Vallée Morte aux démons et, en contrepartie, les démons n’allaient plus dans Vanaheim et ne capturaient plus de déchus tant que ceux-ci tombaient du bon côté du Styx. S’ils tombaient en Enfer, on ne pouvait rien pour eux.

Cet accord a eu des répercussions sur Vanaheim : bien que soulagés de ne plus être la cible potentielle des démons, certains déchus n’appréciaient pas d’avoir à livrer les leurs. Cependant, la décision de respecter les accords fut prise, et régulièrement des prisonniers furent apportés en tribut aux Enfers. En addition, La’aziel s’est vu obtenir un droit de passage aux Enfers pour pouvoir venir voir Satan lorsqu’il le souhaitait.

An 24996 du calendrier démoniaque

La réapparition des Primordiaux, oubliés depuis plus de 25 millénaires, a fait apparaître une nouvelle menace pour les démons. Les déchus, pleinement conscients de cela, ont envoyé La’aziel contre l’avis de celui-ci pour négocier encore une fois. Ils souhaitaient s’assurer, en échange de l’absence d’alliance avec les primordiaux, que les démons ne viendraient pas dans Vanaheim si d’aventure ceux-ci perdaient contre leurs premiers ennemis.

Nul ne sut comment la négociation se passa. La’aziel ne revint plus à la Géhenne ensuite, alors qu’il allait voir Satan de temps en temps. Mais les deux dirigeants échangèrent des courriers dans le mois qui suivit l’entrevue, jusqu’à arriver aux termes d’un nouvel accord, qui fut validé par l’Assemblée. Celui-ci marquait un tournant majeur dans la vie de Vanaheim, et comportait trois volets importants.

En premier lieu, pour éviter que les déchus s’allient - officiellement - aux primordiaux, Satan assure que, durant leur fuite, les démons ne viendront pas s’installer à Vanaheim.

Ensuite, il s’agissait d’une promesse d’alliance militaire contre les primordiaux, si ceux-ci devaient attaquer l’un ou l’autre. Même si les terres du Ginnungagap n’intéressaient pas, aux premiers abords, les primordiaux, la méconnaissance de cette nouvelle race rendait ses actions imprévisibles. Ainsi, l’armée démoniaque se déplacerait si la Vallée Morte était en péril à cause des primordiaux, et un contingent de déchus rejoindrait les légions si jamais les démons devaient se battre contre leurs ennemis de toujours.

Enfin, Les déchus gagnèrent également à présent le droit, en passant par des postes frontière qui leur appose une marque magique, de venir en Enfer. Cette marque finit par brûler s’ils restent trop longtemps en Enfer, et s’ils ne repassent pas par le poste frontière pour la retirer, elle devient douloureuse une fois le Styx passé. Les démons comme les déchus devaient se comporter civilement les uns envers les autres. Aucun démon n’a le droit de chercher à réduire en esclavage ou de manquer de respect à un déchu, en contrepartie ceux-ci doivent ne pas chercher à provoquer les démons ni, d’un côté comme de l’autre, les attaquer.

Pour la dernière partie des Accords, aucune contrepartie ne fut demandée aux déchus.




Dernière édition par Dieu le Jeu 22 Mar - 9:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Premier Etre Céleste

Premier Etre Céleste


MessageSujet: Re: Contexte   Mar 27 Mar - 10:46

Chapitre cinquième




Vers la reprise des guerres


An 24998 du calendrier démoniaque

Il est de ces rumeurs qui enflent, sans qu’on sache d’où elles viennent. Etait-ce lancé par un primordial, dans l’espoir de piéger des démons ? Dieu, Satan ? Dans tous les cas, il fut mention d’un artefact très ancien, chargé de magie primordiale, qui aurait été façonné par Nymrasak lui-même. Il était sensé permettre de se téléporter d’un endroit connu à un autre.

Tous se lancèrent à la recherche de l’artefact, démons, déchus, anges et même primordiaux ou espions primordiaux, qui cherchaient un moyen de libérer leur roi légitime. Ce furent finalement les démons, aidés bien par les déchus malgré eux, qui récupérèrent l’artefact.

Les déchus repartirent avec d’autres artefacts, dissimulés dans un coffret trouvé dans une caverne, qu’ils prirent le temps d’analyser en secret. Si les pierres de laves et autres babioles mineures n’étaient pas de grande importance, le coffret contenait plusieurs artefacts plus puissants. L'éventail de Quaal qui, bien que devant s'activer avec le sang de son porteur, permettait de déclencher de fortes bourrasques, le Casque aux Mille feux, qui permettait à son porteur d'user de pouvoirs magiques même dépourvu de magie et la Cape des dragons, d'une légèreté et d'une finesse incomparable mais particulièrement résistante, presque autant qu'une cotte de mailles.

L’artefact entre ses mains, Satan décida de confier à son Seigneur de Guerre la création d’une unité d’éclaireurs, qui s’enfoncerait de plus en plus profondément en territoire primordial pour découvrir un peu plus comment était construite la société de leurs ennemis. Ainsi naquit la XIIIe Cohorte, avec à sa tête le Foudre de Guerre, petite unité d’une 20aine de soldats d’élite qui plongeraient en plein coeur du danger pour des frappes éclair, dans l’idée de prévoir les mouvements du peuple primordial.

An 24999 du calendrier démoniaque

Alors que les primordiaux étaient une menace lointaine, malgré les quelques incursions de la XIIIe Cohorte en territoire ennemi, des lueurs s’élevèrent au dessus du Styx. Des lueurs changeantes, sublimes, qui, après avoir été observées tant par les éclaireurs des déchus que par les légions démoniaques et Satan, furent jugées sans danger ou presque, étant donné qu’une faction de la IIIe fut dépêchée sur place pour veiller sans cesse sur les rives du Styx.

Les démons prirent l’habitude d’aller voir les lueurs, spectacle charmant et inoffensif en apparence. Et un soir, ils furent attaqués. Par des primordiaux, des monstres dressés... Et leurs propres morts, sans qu’ils sachent relevés par l’action de la magie ancestrale que les démons peinent encore à cerner ou si c’étaient des illusions tangibles parfaitement convaincantes, des golems qui pouvaient leur cracher des vérités et leurs passés communs au visage.

Ce n’était qu’une diversion, comme Satan était absent avec une partie de la garde impériale ce soir-là exactement pour une représentation à Gomorrhe, pour permettre qu’un groupe hétéroclite, rassemblé par les primordiaux mais aux raisons variées d’être là, de tenter de s’introduire dans le Palais de Satan pour libérer Nith Haiah, le gardien du savoir.

Les évènements du Styx avaient laissé les démons hébétés. Voir leurs propres morts se retourner contre eux, des proches, des ennemis, des secrets qui parfois auraient dû rester enterrés, avait été un gros choc. Certains n’avaient pas pu lever leurs armes contre eux et étaient morts. D’autres s’étaient battus, d’autres encore avait disparu, peut-être charmés par l’appel insidieux des primordiaux. Se soumettre ou voir une telle puissance se retourner contre eux… Officiellement, ceux-ci étaient morts également.

Puis, lentement, les démons sortirent de leur hébétement. La Voix avait parlé, le surlendemain. Enjoignant au calme. Précisant que Satan prenait les choses en main. La pression sur la XIIIème Cohorte se fit plus importante, car tout semblait dire que de ses résultats dépendrait le lancement plus ou moins rapide de la Seconde Guerre contre les primordiaux. Bien peu de démons se souvenaient de la Première.

Mais les choses n’allaient pas assez vite. Il ne fallut pas attendre longtemps pour que des groupes de démons impatients décident d’aller eux-même régler leurs comptes avec les primordiaux. Cela se passa particulièrement mal, et peu revinrent.

La Voix se prononça à nouveau, interdisant au nom de Satan les raids dans la Forêt des Pendus. Tous étaient suspendus aux moindres faits et gestes du Foudre de Guerre. Il allait devoir faire ses preuves.

Les lueurs n’apparurent plus au dessus du Styx.
Les évènements du palais, eux, furent dissimulés à la connaissance des démons dans un premier temps, pour éviter que la panique se répande parmis ceux-ci, le temps que la vindicte se calme. Si la culpabilité des primordiaux n’était plus à prouver, la présence de quelques esclaves sur les lieux souleva un doute évident sur les déchus de la Vallée Morte, sans qu’aucune preuve ne puisse être retenue contre eux. Si la menace infernale n’avait pas tant pesé sur les démons, Satan aurait très certainement fait cesser les accords entre les deux peuples.

Pourtant, le retour de Nith Haiah au Paradis marquait la fin d’une ère de tranquillité pour les démons. A présent au courant de l’esclavage des anges par les démons, et fortement suspicieux du marché entre les déchus et les démons, les armées angéliques se préparèrent à attaquer à nouveau. Sur ce front là également, les guerres reprendraient.

Les démons n’avaient jamais eu à se battre contre deux ennemis à la fois. Il fut décidé que Satan prendrait en charge une partie des armées pour faire face aux primordiaux, tandis que l’autre partie, dirigée par le Seigneur de Guerre, lutterait contre les armées angéliques. Un recrutement massif fut lancé, pour gonfler les rangs de l’armée démoniaque. L’amant de Satan, Feydr’otä Xvellean, s’occupera de gérer d’une main de fer la Géhenne en l’absence de son maître incontesté.

Les déchus, pour la première fois, prendraient part aux préparatifs et à la guerre contre les primordiaux, comme stipulé dans les accords. A présent, les fraîchement déchus n’étaient plus accompagnés que par un groupe lourdement armé, et les tensions avec le Paradis se ressentaient, créant une séparation un peu plus importante entre les habitants de la Vallée qui s’étaient, dès le départ, opposés aux accords et les autres.

Les Primordiaux, eux, se réjouissaient de bientôt pouvoir prendre en tenaille leurs ennemis millénaires.

Pour l’instant, tous se préparaient. La seule chose certaine était que le début de l’année 25000 marquerait la reprise des affrontements.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Premier Etre Céleste

Premier Etre Céleste


MessageSujet: Re: Contexte   Lun 24 Sep - 19:15

Chapitre sixième




Régence et guerres


An 25000 du calendrier démoniaque

La Géhenne avait été plongée dans un tourbillon de réceptions, de célébrations, de trahisons et de transferts d’allégeances, dans les mois ayant suivi l’intervention de la VOIX. Mariages hâtifs, exils et disparitions réorganisèrent la hiérarchie de beaucoup de ligues et de familles. Aucun foyer n’avait été épargné par les conséquences du départ sur les fronts angéliques et primordiaux de nombreux démons.

Feydr’otä Xvellean régnait maintenant sur cette valse folle de pouvoirs fluctuants, et la frénésie ayant gagné la société démoniaque ne l’atteignait pas, sur son trône disposé au pied de l’estrade menant à celui de Satan.

D’anciens soldats reprirent les armes. Des civils rejoignirent les rangs des militaires de métier, se pliant aux entraînements exigeants des différentes légions, comme le Grand Veneur qui apporta le soutien de sa ménagerie cauchemardesque sur le front angélique aux IInde, IVème et VIème légions, sous l’égide du Seigneur de Guerre Valefore Kælfyra.

Sur le front primordial, la XIIIème Cohorte était maintenant intégrée aux Ière, IIIème et Vème légions qui avaient enfin franchi la forêt des pendus pour avancer en territoire ennemi. Aux légions démoniaques dirigées par Satan en personne s’ajouta un corps de deux cents déchus menés par Ludwig Rennat, mettant ainsi à exécution les accords signés entre Satan et l’Ancien de Vanaheim, La’aziel Enaeri. Après une longue absence, ce dernier avait de nouveau été vu au palais de Satan, confirmant le respect du traité assurant la sécurité des siens en échange de leur soutien en cas de guerre.

La situation n’était pas aussi claire à Vanaheim, où la scission entre les déchus concernant les accords les liant à la Géhenne s’était encore creusée avec le départ d’une grande partie de leurs guerriers. Tous ne voyaient pas d’un oeil favorable l’alliance avec un peuple qui les avait opprimés et massacrés depuis des millénaires, et leur réclamait maintenant de défendre leurs intérêts au prix de leur vie.

La guerre faisait maintenant rage sur les deux fronts tandis qu’à la Géhenne, d’autres batailles de pouvoir tout aussi sanglantes se menaient dans les ombres.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Contexte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contexte
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contexte évolutif
» Contexte de Nox Aeterna
» Le Contexte du RPG
» Contexte & Saison 1
» Contexte : l'histoire de l'Entre monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Per Aspera ad Inferi :: Administration :: Contexte :: Le monde-
Sauter vers: