Forum yaoi, +18, thème fantasy anges, démons, déchus, primordiaux. Quatre races opposées dans l'idée de récupérer la meilleure part du gâteau pour eux.

Partagez | 
 

 Jay Arkaos - Eclaireur déchu

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Eclaireur du Ginnungagap

Eclaireur du Ginnungagap


MessageSujet: Jay Arkaos - Eclaireur déchu   Sam 24 Mar - 17:39

JAY ARKAOS
















Race : Déchu
Classe : Ange
Age : 197 ans (20ène d’années d’apparence)
Signe(s) distinctif(s) : Très grand pour un déchu, ailes mouchetés gris cendré, des traces de griffures de magie infernale en travers du torse (épaule gauche -> aine droite), magie corrompue par la magie infernale.  Somnambulisme instinct animal.
Végétarien.
Apprenti Taxidermiste

Titre personnalisé : Eclaireur du Ginnungagap


Description physique


Jay est souple et finement musclé comme peuvent l’être ceux qui ont passé leur existence à courir, voler, jouer et veillé dehors. Obnubilé par son vœu de recenser, décrire et connaitre toute les créatures vivantes, il s’est astreint dès son plus jeune âge à une discipline presque martiale –et souvent un peu ridicule- pour domestiquer son corps et son esprit. Il faut dire que le chérubin à grandit semblé grandir d’un coup, modifiant son équilibre, sa taille et sa force. Il lui a fallu revoir et retravailler son appréciation des distances, son rapport aux choses et sa souplesse. Durant ses principales phases de croissance, l’animal rétif qu’il lui fallut apprendre à apprivoiser et reconnaitre fut effectivement son propre corps.

Jay culmine à un bon mètre 86, ce qui fait de lui un déchu particulièrement grand qui, ses ailes mouchetées aidant, passe difficilement inaperçu, à son grand damne.

Il a les traits fins et le regard d’un gris orage qu’il à presque constamment froncé en une mine peu avenante afin de tenir tout le monde à distance. Pendant longtemps,  il a teint ses cheveux en vert autant pour faire oublier à son père qu’il n’est pas l’enfant blond qu’il aurait souhaité que pour mieux se camoufler lors de ses escapades dans la forêt cristallisée. Il fait lui-même ses teintures autant qu’il rapièce ses vêtements, sa mère s’amusant de son insatiable curiosité et désir d’autonomie, autant que son père s’inquiétait de son rejet des autres et de l’aide qu’ils peuvent lui apporter, dans tout ce qu’il entreprend.  

Lors de la recherche de l’artefact  des infernaux, Jay a été blessé par le sortilège d’une tablette antique. Depuis, il aborde des marques de griffures  en travers du corps, partant de l’épaule gauche pour finir sur l’aine de son côté droit. Les marques, d’un noir d’encre la première année, abordent maintenant une couleur plus terne, mais ne disparaitront jamais. Peu de gens les ont remarqués au regard des nombreuses couches de tissus sous lesquelles se dissimulent toujours le jeune déchu.


Description mentale



Les autres déchus le mettent mal à l’aise et il déteste plus que tout autre chose d’être le centre de l’attention. Chérubin timide,  adolescent introverti et solitaire, Jay n’a jamais été de ces têtes brulées impétueuses et vociférant qui s’imaginaient milles ennemis pour attaquer ici un arbre et là un buisson comme autant de démons belliqueux. Non, lui était plutôt le gamin du fond ou perché dans un arbre, qui pouvait passer des heures à les regarder jouer comme on étudierait un animal étrange mais fascinant.

Aujourd’hui adulte (presque 2siècles !) Jay est un déchu solitaire et taciturne qui a passé son premier siècle à arpenter Vanaheim et notamment la forêt cristallisée avant de s’aventurer vers Valaskjalf. Jay aime la découverte, notamment de nouvelles créatures, les observer dans leur environnement  naturel et notifier, annoter, répertorier dans ses carnets de croquis jusqu’à leur moindre faits et gestes. Il dispose ainsi qu’une quantité incroyable de carnets d’études –les premiers concernent quasi exclusivement l’étude de ses parents et voisins directs- . Il aime les longues traques silencieuses au cours de laquelle le moindre craquement de feuillage, la moindre trace, peut révéler un nid ou une meute. Copiant les attitudes des créatures, imitant leurs cris, le déchu à travailler ses ténèbres et son aura pour se faire oublier ou accepter.

Fin observateur, il notera d’un coup d’œil que vous boitez, qu’un tic vous crispe le visage et pourra sans doute vous montrer le croquis de la crispation de votre visage pendant l’orgasme –oui, Jay est Voyeur, même s’il ose à peine se l’avouer à lui-même - mais sera souvent incapable de se souvenir de votre nom ou de ce que vous venez de lui dire.  

Même au sein des éclaireurs dont il a rejoint les rangs depuis plus d’un demi-siècle, il n’est pas connu pour être très entouré. Il s’est ainsi spécialisé tout naturellement vers l’unité restreinte des traqueurs.  Aussi, il voit toujours approcher les diverses célébrations de l’année et autres regroupements avec une certaine réticence. Mais il n’y peut rien, tous réunis l’intéressent bien moins qu’un seul Harran, ces petits lézards de ta vallée qui se sont spécialisé dans le camouflage et qu’il prend trop souvent pour modèles.


Histoire



L’histoire de Jay prend racine dans le Ginnungagap, entre la Vallée Morte, le champ de bataille cette terre trop longtemps abreuvé du sang des uns et des autres qu’elle en a gardé une odeur tout à fait singulière et la forêt cristallisée. C’est un paysage désolé et froid où pénètre néanmoins la lumière comme pour mieux faire ressortir les ombres de ses habitants mais un paysage habité et fleurissant pour qui sait regarder. Les arbres y poussent néanmoins grand et fort, quand bien même leurs racines sont recouvertes par la brume mais la végétation comestible y est pauvre et fade. Son père, Aenor est un archange qui a déchu voilà moins de trois siècles.

L’Archange à souhaité savoir ce qu’il arrivait après la chute, comprendre le mystère qui entourait ces disparitions et le silence qui s’en suivait. Mais moins que l’envie de la connaissance, moins encore que la curiosité, c’est sa mauvaise foi qui précipita sa chute. Il disait qu’il ne voulait avoir accès à la connaissance que pour s’en défendre, que pour la rejeter, pour faire une différence entre eux et ‘les autres’, ceux qui étaient tombés, ceux qu’il méprisait, lui qui pourtant n’avait le droit que d’aimer. Mauvaise foi qui entraina le mensonge, mensonges qui en entrainèrent d’autres puis la paranoïa et un geste de violence, aussi soudain que surprenant. Contre nature pour un archange. Geste dont il se défendit immédiatement, reportant la faute sur l’autre qui aurait blasphémé, l’autre qui.. Mais Aenor ne faisait que précipiter sa chute de ses indignations, ses accusations insensées. On murmura qu’il n’avait plus toute sa tête, le jugement fut rendu, la lumière lui fut arraché et le peu de raison et d’espoir qui lui restait avec elle.

Perdu, hagard, il refusa l’évidence, refusa de poser les yeux sur ce monde qu’il refusait, hurlait qu’il méprisait chacun des déchus, s’adressant à eux autant qu’au vent, aux arbres et au vide jusqu’à sentir les mains sur ses épaules et les caresses dans ses cheveux. Il y eu des mots doux, des murmures et des gestes lents bien avant les regards. Aenor mit longtemps avant d’accepter d’ouvrir les yeux sur une archange aux cheveux d’ébènes et aux yeux sombres, aussi noirs que les ailes qu’elle portait replié dans son dos : Khaëlrris. Khaëlrris dont la famille pouvait remonter jusqu’à premier déchu à avoir rejoint l’Ancient dans la Vallée. Cette archange malicieuse qui tirait fierté de sa condition de déchu et de sa liberté. Il la repoussa de nombreuses fois mais toujours elle le retrouvait lorsqu’il s’effondrait de fatigue et toujours ses gestes doux et ses murmures. Alors il cessa de s’enfuir, tout en la prévenant que son séjour n’est que provisoire, et qu’il repartira « la haut » bientôt, très bientôt. Elle n’a jamais cherché à le contredire, l’écoutait radoter le paradis, acceptant de ne plus manger de viande puisque lui-même s’y refusait tout en l’apprivoisant peu à peu.


La naissance de Jay marqua un tournant. Aenor avait un fils. Qu’importait qu’il erre entre son désir de se repentir et sa mauvaise foi qui jugeait sa déchéance injustifiée et terrible, Aenor était là depuis assez longtemps pour avoir aimé et enfanté. Et depuis, ils discutent. Ces débats sont rapidement devenus les berceuses de l’enfance de Jay et le squelette de chacune de leurs conversations. Si le chérubin avait déclenché ce flot de paroles, il n’y avait que peu sa place. Il apprit à écouter, sur les genoux de l’un ou de l’autre. Et à les regarder, longuement. Jusqu’à être assez adroit pour échapper à la surveillance toute relative de ses parents lancés dans leurs discours pour fuir à l’extérieur. Dans le jardin, la rue, la grande place et rapidement, aux abords du village. Puis plus loin, toujours plus loin…

La fuite à toujours été l’option favorite du jeune déchu, en tout et pour tout. Une discussion embarrassante ou ennuyeuse ? Fuite. La fête de l’Unité ? Fuite. Un rassemblement ? Fuite. Légumes de surface fadasse au diner ? Fuite. Parfois, il lui arrive de fuir avant d’avoir véritablement compris de quoi il retournait. Non pas par crainte : comme tous les adolescants imbéciles de son âge Jay ne craignait pas grand-chose…sinon les démons, Dieu et le Paradis, trois choses qui, de ce qu’il avait compris, étaient susceptibles de les faire souffrir atrocement –il n’y a qu’a regardé son père-. Mais aux grandes discussions philosophiques de ses parents, Jay a largement préféré la découverte de l’extraordinaire faune de Ginnungagap.

Et depuis tout petit, il n’a plus qu’une seule obsession : répertorier, décrypter et comprendre les mœurs de chacune des espèces qu’il lui sera possible de voir et d’approcher. Et entre deux sorties, toujours, les débats de ses parents. Fond sonore agréable et instructif, la télé en mieux si vous voulez, bien qu’un brin répétitif par moment…

Les anges qui tombent parfois dans le Ginnungagap parlent, comme son père, d’un endroit merveilleux ou la nature n’a pas son pareil et où les couleurs de ses créatures sont telles qu’elles éblouissent de milles feux. Mais aucun d’entre eux ne semblent comprendre ou connaitre l’éclat de lueur que l’on devine au travers de la brume, le champ électrique aussi bref que puissant d’un Rayvur, le triste chant solitaire qui hurle à la nuit tombé au travers de la forêt cristallisée. Et sans savoir ils jugent et méprisent. Alors Jay s’est tue, comme pour protéger ce qu’il avait vu et ce qu’il aimait, lui, puisque personne d’autre ne semblait l’apprécier.

Puis Jay fut présenté au conseil de la Vallée avec tous les autres jeunes adultes ayant commencés à faire l’expérience de leurs ténèbres, s’il était plus jeune que les autres, il les dépassait déjà tous en taille et cela ne se vit pas. Il s’entraina alors durement à moduler ses ténèbres en plus de son aura afin de continuer à approcher un peu plus encore, les formidables créatures du Ginnungagap..

Quelques années plus tard, il fut présenté au conseil pour la seconde fois, tandis qu’il avait fait le choix de rejoindre les éclaireurs de la Vallée, sur les conseils de l’Ancien qui avait manifestement repéré son extraordinaire capacité à disparaitre..notamment lors des cérémonies. Par la suite, Jay participa au conseil comme n’importe quel adulte déchu bien qu’il répugnait toujours à faire entendre sa voix, répugnant à se trouver, l’espace d’un instant, au centre de toutes les attentions.

Ses sentiments à l’égard des Anges purs comme des fraichement déchus n’allaient pas en s’améliorant avec l’âge et la démultiplication des rencontres – forcément, en tant qu’éclaireur et traqueur, il tombait plus facilement dessus que n’importe quel autre déchu-. A ses yeux, il s’agissait toujours d’un nouveau crétin qui allait le regarder avec horreur et crainte. Rapidement alors viendrait le mépris. Mépris pour les déchus, pour ce qu’ils étaient, pour ce qu’ils ont construit, pour tout ce qui n’était pas eux, leur arbre stupide et leurs coutumes. Pourtant, Jay, comme les autres déchus, les accueillait. Alors il regardait les siens les apaiser et leur apprendre ce qu’ils auraient à savoir pour survivre non seulement au Ginnungagap mais des démons qui poussaient parfois jusqu’à Vahaheim et le village.

Jay n’avait jamais réellement connu les champs de batailles qu’au travers des histoires qui s’écoulaient des lèvres de son père qui s’était battu pour l’autre camp ou, parfois, des lèvres serrés des plus vieux et des crachats des fraichement –plus si fraichement- déchus qui, encore aujourd’hui, trainaient derrière eux la liste des dettes qu’ils estimaient qu’anges et démons avaient envers eux. Mais jay avait connus les rafles des démons avant que l’Accord ne soit prononcé, et les portes derrières lesquelles on se réfugie. Il avait connu l’attente, l’angoisse et les muscles qui en deviennent douloureux dans les planques que les déchus avaient, tant sous le village que dans la forêt, un peu plus loin.

Et rapidement, Jay se mit à les détester, les fraichement déchus plus comme les anges purs qui attiraient les démons jusqu’à leurs portes ! D’autant que côtoyer l’un comme l’autre plongeait toujours son père, Aenor, dans un mutisme terrible et Jay faisait tout pour l’éviter.

Et comme si le ciel et l’enfer avaient eu vent de ses pensées, arriva la première partie de l’Accord. Celle qui précisait que pour conserver leur liberté, il faudrait que les déchus livrent aux démons les anges purs qui se seraient aventurés sur leurs terres.

S’il était une chose de tempêter contre quelqu’un, il en était une autre de le condamner réellement à la servitude et aux sorts peu enviables que leurs réservaient les démons. Mais les choses étant ce qu’elles sont, Jay en as personnellement dénoncé deux dans les premières années qui ont suivi l’Accord. Il n’oubliera jamais leurs visages et préfère éviter de trop y penser pour s’épargner ce gout de cendre dans la bouche..

A cette même époque, l’éclaireur prit son indépendance et, aidé de ses parents, il se construisit et aménagea sa propre habitation, à l’écart du village, tout au Nord Ouest, contre la palissade de bois et aux abords de la forêt cristallisée. Son père eut du mal à le laisser partir.

Mais l’Accord n’a été que la première partie d’une étrange alliance.. Face à l'émergence des Infernaux, un nouvel pas fut franchi, et quel pas ! Une alliance militaire et stratégique avec les démons et contre les Primordiaux, ce peuple qui gonflait les légendes que lui racontait sa mère. Et au service de cette dernière, un libre passage entre le Ginnungagap et l’Enfer.. Jay ne comprenait pas tout à fait en quoi les éclaireurs pourraient représenter un réel avantage contre les primordiaux au regard de la composition terrifiante de l’armée démoniaque mais il ne s’interrogea pas davantage. Pour lui, c’était le début de la reconnaissance des déchus en tant que race à part entière. Un peuple que l’on respecterait, que l’on ne réduirait plus jamais en esclavage et qui méritait d’être autant redouté que respecté. Et cette idée lui plaisait terriblement….

Jay commença alors a se rendre en enfers, poussant la curiosité jusqu’à parcourir la Géhenne elle-même, le poignet abordant la marque de Satan qui assurait sa sécurité. Jay tombe sur la boutique du Taxidermiste, Fenross Varnor et, fasciné par son art, décide d'entamer un début de négociation. 4 jours plus tard, Jay exige que Fenross le prenne comme Apprenti, acceptant les conditions et règles de celui ci en échange. Fenross lui offrira sa première leçon: N'Ross, un oiseau mort-vivant qui leur servira à communiquer.

Quelques temps après, Jay fait la rencontre d’Andrealphus Nisroch, un démon majeur avec qui il entamera les premières transactions commerciales qui donneront lieu au début du commerce entre démons et déchus.


Placement par rapport au contexte



Jay est pro-Accord. Il livre les anges purs qui tombent dans le Ginungagap –récemment, il en a même fait un commerce détourné afin de racheter deux déchus esclaves à la Géhenne- et parcourt très régulièrement (plusieurs fois par semaine) les ruelles de la Géhenne, la marque de Satan bien en vue sur le poignet. Il se rend ainsi jusqu’à l’atelier du Taxidermiste auprès duquel il travaille. Toutefois, ce serait mentir que de dire que son intérêt pour le semi-primordial est purement professionnel.. Moins encore depuis qu’il à découvert le secret de celui-ci. Toutefois Jay ne se sent pas redevable aux démons et considère qu’il n’a pas à obéir aux lois de la Géhenne ni a dénoncer l’artisan.

Jay entretient de relativement bonnes relations avec les démons auprès desquels ils se sent moins « anormal » notamment pour tout ce qui touche à ses propres attirances sexuels qu’il a de plus en plus de mal à nier).

En tant qu’éclaireur, Jay est amené à combattre les Primordiaux auprès des démons dans la guerre à venir.









Parlez nous un peu de vous !

Pseudo : Jay
Age : 28 (damned)
Est-ce votre premier forum RP ? : Nop
Est-ce votre première fois sur un forum MxM ? : Nop
Avez-vous des limites en RP ? : mièvreries trop sucrées…
Un commentaire pour la route ? : \o/



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jay Arkaos - Eclaireur déchu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liryam Varez, pour vous servir.[Eclaireur]
» Tudoras Le marcheur [Eclaireur, Chasseur]
» Eclaireur Uruk-Hai
» Galerie de Katsumasa
» [Répurgateurs] Katrina-Carlotta and associates

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Per Aspera ad Inferi :: Administration :: Registres :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: